Le jardin des lectures
Le jardin des lectures


Lecture, cinéma
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexionLecture - EvasionLes écrits de Raphaël

 

 NGOZIE ADICHIE Chimamanda - L'autre moitié du soleil

Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Swan
Momie
Momie
Lady Swan

Messages : 363
Date d'inscription : 27/05/2012
Age : 25
Localisation : Québec

NGOZIE ADICHIE Chimamanda - L'autre moitié du soleil Empty
MessageSujet: NGOZIE ADICHIE Chimamanda - L'autre moitié du soleil   NGOZIE ADICHIE Chimamanda - L'autre moitié du soleil Icon_minitimeSam 9 Jan - 3:22

NGOZIE ADICHIE Chimamanda - L'autre moitié du soleil 2208205-gf.jpg?404=404RB

Résumé:Lagos, début des années soixante. L'avenir paraît sourire aux sœurs jumelles : la ravissante Olanna est amoureuse d'Odenigbo, intellectuel engagé et idéaliste ; quant à Kainene, sarcastique et secrète, elle noue une liaison avec Richard, journaliste britannique fasciné par la culture locale. Le tout sous le regard intrigué d'Ugwu, treize ans, qui a quitté son village dans la brousse et qui découvre la vie en devenant le boy d'Odenigbo.
Quelques années plus tard, le Biafra se proclame indépendant du Nigeria. Un demi-soleil jaune, cousu sur la manche des soldats, s'étalant sur les drapeaux : c'est le symbole du pays et de l'avenir. Mais une longue guerre va éclater, qui fera plus d'un million de victimes.
Évoquant tour à tour ces deux époques, l'auteur ne se contente pas d'apporter un témoignage sur un conflit oublié ; elle nous montre comment l'Histoire bouleverse les vies. Bientôt tous seront happés dans la tourmente. L'autre moitié du soleil est leur chant d'amour, de mort, d'espoir.


Mon avis: J'ai tant de choses à dire sur ce livre. Je viens tout juste de terminer ma lecture et je suis bouleversée. D'une part, je suis triste de quitter ces personnages et ensuite parce que ce fût beaucoup d'émotions. Je vais donc tenter de rendre justice au roman avec ces quelques lignes. Tout d'abord, il ne faut pas se fier à la quatrième de couverture qui est très réductrice. Je remarque que, pour les deux quatrièmes de couverture, les personnages de Kainene et d'Olanna sont présentés comme des personnages secondaires ce qui n'est pas du tout le cas ! On les mets aussi tout de suite en relation avec des hommes alors que ce sont elles les personnages principaux, les personnages les plus développés et que finalement leur histoire, bien qu'elle soit entremêlée avec celle de Richard et Odenigno, n'est pas le sujet principal du roman.

Le roman se passe au Nigeria au temps de la guerre civile qui oppose deux parties d'un même pays, c'est-à-dire le Nord et le Sud. Le gouvernement principalement administré par le peuple Igbo du Nord contrôle tout (le commerce, la politique, etc) et travaille avec le gouvernement britannique. Ainsi, les peuples du Sud veulent gagner leur indépendance et former une république indépendante (Biafra). C'est la trame historique principale du roman. J'ai simplifié, le conflit est beaucoup plus complexe, mais je n'ai pas encore eu le temps de faire des recherches étendues sur le sujet, donc j'abrège ici. Le roman est séparé en quatre parties distinctes. La première et la troisième parties se déroulent au début des années 1960 avant le début de la guerre. La seconde et dernière partie se passent plutôt à la fin des années 1960 et on y raconte les années de guerre (approximativement de 1967 à 1970). J'ai beaucoup aimé l'alternance entre les époques. Ça permet beaucoup à l'auteure, qui nous présente deux narrations différentes, des personnages qui ont évolué entre-temps, et donc de donner un aperçu plus en profondeur de la psyché des personnages.

La trame historique ne prend pas toute la place donc ce n'est pas un exposé des faits. Il s'agit bel et bien d'une fiction. Je crois que c'est toute la beauté du roman. Il y a place à une liberté au niveau narratif, mais il y aussi possibilité de redonner vie à une époque à travers des personnages. Suivre les personnages qui évoluent dans un monde en plein changement m'a donné l'impression de le vivre moi-même et de voir à travers leurs yeux. C'est aussi l'occasion pour l'auteure de présenter plusieurs points de vue. Je pense, par exemple, aux discussions animées qui nous sont présentées entre Odenigbo et ses amis universitaires. On présente donc plusieurs discours qui mettent en lumière la complexité de ce climat social et politique. On voit bien ces nuances chez Olanna qui vient d'une famille riche des Igbo du Nord. Elle a eu droit à un certain privilège par sa classe sociale, mais elle vit au cœur de la république du Sud et adhère aux idées révolutionnaires.

Le roman aborde le sujet du colonialisme et du racisme, notamment dans la relation que le Nigeria entretient avec l'Angleterre. Le personnage de Richard est un homme blanc qui est, au début du roman, intéressé par la culture du pays et petit à petit, il se détache des idées racistes de son pays d'origine et intègre son pays d'accueil. On ne le place pas en héros de l'histoire. Il est un personnage qui se fait constamment remettre à sa place, imparfait, mais qui a eu la volonté de changer, de se questionner sur ses propres habitudes, sur le racisme ordinaire qu'on lui a appris dès l'enfance. J'ajoute aussi qu'on parle des rapports de classe. Au début du roman, UgWu est un jeune paysan qui est envoyé chez Odenigbo pour devenir un "house boy". Il quitte sa famille pour aller vivre dans cette maison et s'occuper des besoins de son maître. Il devient une partie de la famille, on lui permet d'aller à l'école, de lire des livres et d'écrire. Par contre, il reste toujours un employé et sa valeur est toujours moindre que celle ses maîtres. Je pense que l'auteure exprime bien ce paradoxe.

Les personnages féminins du roman sont très forts et surtout bien approfondis. Olanna et Kainene sont les héroïnes du roman. Olanna est le personnage que l'on suit le plus, elle a le plus de temps de narration. On la suit donc dans sa relation avec ses parents, son conjoint, sa sœur et son rapport au monde. Elle est brillante et intuitive. Elle est fortement traumatisée par la guerre, mais elle trouve toujours un moyen de s'en sortir. Je crois que résilience est le mot qui pourrait le mieux la décrire. Kainene est beaucoup plus mystérieuse. La narration n'est jamais directement concentrée sur elle. On la décrit souvent dans le regard des autres personnages. C'est plutôt intéressant comme choix. Je la considère quand même comme un personnage principal puisqu'elle est essentielle à l'histoire, mais on doit quand même toujours garder un certain regard critique sur la manière dont elle est dépeinte puisque c'est fait par les autres personnages qui sont nécessairement biaisés dans leur opinion. Plus j'y réfléchi, plus je trouve ce choix intéressant ! Ça change de l'omniscience habituelle de la narration à la troisième personne.


coeur  coeur  coeur  coeur  coeur  C'est mon coup de coeur de 2020! drunken
Revenir en haut Aller en bas
 
NGOZIE ADICHIE Chimamanda - L'autre moitié du soleil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le jardin des lectures :: Livres :: Autres-
Sauter vers: